DownloadedFile_2

 

Rien à voir avec le roman noir, juste un détour  dans le domaine de la comédie d'espionnage. Les Trente-neuf marches (The 39 steps) est sans aucun doute le film le plus abouti de la période anglaise de Hitchcock.  Il adapte très librement un roman d'un auteur alors très célèbre à l'époque John Buchan.

Richard Hannay d'origine canadienne vient juste d'arriver à Londres et se trouve plonger bien involontairement dans une sombre affaire d'espionnage. Accusé de meurtre, il est poursuivi à la fois par la police et par les espions qui veulent l'éliminer. C'est un thème récurrent  dans l'oeuvre d' Hitchcock, celui d'un innocent injustement accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis. D'ailleurs, c'est en suivant le même schéma narratif que Hitchcock  réalisera  aux Etats-Unis un quart de siècle plus tard La mort aux trousses. Après de multiples péripéties qui le mèneront de Londres en Ecosse et grâce à l'aide d'une  jeune femme, Pamela, Hannay arrivera à faire arrêter les membres du réseau d'espionnage "les 39 marches". Comme dans toute  comédie Hitchcock conclut : Pamela et Robert vivront heureux et auront beaucoup d'enfants.

Le plaisir ne réside pas dans l'histoire qui comporte de nombreuses invraissemblances, mais dans l'empathie du public pour les personnages principaux.  Les dames succombent au charme de Richard Hannay remarquablement interprété par Robert Donnat . Comment résister à un homme jeune, beau, sportif, cultivé, brillant orateur doté d'un sérieux sens de l'humour. Les messieurs  ne sont pas insensibles  au charme, à l'élégance, l'énergie, l'intelligence  de Pamela  (Madeleine Caroll). Donat et Caroll constitue un magnifique couple de comédie. Au départ  de l'histoire ils s'opposent pour mieux se découvrir.

Dans ce film mené tambour battant,sans scène inutile, Hitchcock fait preuve d'un humour corrosif. Il contourne avec brio la censure puritaine de l'époque. Ainsi dans une séquence, deux représentants  en sous-vêtements féminins discutent des charmes féminins en exhibant soutiens-gorge et porte-jarretelles devant un clergyman très intéressé par le sujet. Hannay est amené sans déplaisir à caresser les jolies jambes de Pamela quand elle quitte ses bas. La situation l'impose puisque les deux héros sont enchaînés ensemble. Hitchcock critique aussi les faux dévots  qui citent la bible mais sont violents avec leur femme, capables de vendre un homme pour une récompense. Quel bonheur quand le réalisateur  se rit du monde  politique. Hannay, bien malgré lui, se retrouve à la tribune d'un meeting électoral d'une petite ville écossaise. Il improvise un brillant discours sans  rien connaître de la situation locale. Dans sa harangue il fustige les inégalités, la situation économique et promet un monde meilleur, et recueille un franc succès auprès de l'auditoire. Les politiciens ne seraient-ils que des manieurs de mots et de formules?

  Les 39 marches était un des films préférés d' Hitchcock. Un véritable bonheur à voir et à revoir.