1_autoportrait_kubrick_bis

Autoportrait.

 

Stanley Kubrick avant de devenir cinéaste a commencé sa carrière par la photographie. En 1945, à l'âge de 17 ans et à peine sorti du lycée, il est engagé par le prestigieux magazine Look. L'exposition, qui après Venise, devrait être présentée à travers le monde rassemble plus de 200 clichés réalisés pour la revue américaine entre 1945 et 1950.

Au court des années passées chez Look, Kubrick réalise des récits photos dans un format carré. Toutes les séries montrent une mise en scène, nous ne sommes pas dans la photographie de presse où l'image est capturée dans l'urgence. Les personnages photographiés sont dirigés, deviennent des acteurs. Chaque image est soigneusement cadrée, composée, construite sur des lignes de force comme pourrait le réaliser un peintre de la Renaissance, où les grands cinéastes soviétiques. En effet certains clichés de Nazaré au Portugal font penser à Alexandre Newski de Eisenstein, quand les pêcheurs tirent les barques sur le sable ou les magnifiques gros plans des vieilles femmes. Kubrick cherche à travailler dans une grande profondeur de champ, ce qui lui permet de raconter parfois plusieurs histoires en même temps. Ainsi dans la série, Le cirque, le directeur de profil, en plan taille, donne des ordres à des personnes hors champ et derrière lui des équilibristes répètent leur numéro au-dessus du sol.

 

559539_stanley_kubrick

 

 

La photographie, c'est aussi  et peut être avant tout l'art de la lumière, Kubrick travaille toutes ses possibilités : lumières rasantes, contre-jour, effets... comme on peut le constater sur la photo ci-dessus. Le trompettiste est photographié pratiquement en contre-jour, seule une partie du visage est éclairée. La lumière latérale permet de mettre en valeur  un couple de clients et les musiciens accompagnateurs. L'éclairage renforce la composition de l'image. Le soliste occupe le tiers central de l'image. Les consommateurs et le reste de l'orchestre se répartissent symétriquement par rapport à cet axe central. La lumière nous  rend l'atmosphère du lieu, du club.

La formation photographique de Stanley Kubrick explique en grande partie la qualité plastique de ses films.

 

Stanley Kubrick

Photographe

Venise. Istituto Veneto di Scienze Lettere ed Arti.