GOUPI_MAINS_ROUGESDans un village des Charentes vit la famille Goupi, chaque membre du groupe porte un surnom. Goupi-Monsieur qui travaille à Paris revient au pays, rappelé par ses parents qui veulent le marier avec la charmante Goupi-Muguet. Peu après l'arrivée de Monsieur une grosse somme d'argent dispararaît et Goupi-Tisane est assassinée. Les soupçons se portent sur le dernier arrivant. Lorsque les gendarmes commencent leur enquête ils se heurtent à la loi du silence, à l'esprit de clan. Goupi-Mains rouges, le braconnier, le marginal homme des bois résoudra l'énigme.
Becker, en adaptant le roman de Pierre Very, s'est surtout passionné pour les relations du groupe paysan près à se déchirer, mais faisant corps dans l'adversité. Ce film réalisé en 1943, va à l'encontre de l'esprit de l'époque, du régime de Vichy qui cherchait à idéaliser le monde paysan et prônait un retour à la terre. Chez les Goupi, l'argent est le but de l'existence. Jacques Becker, ancien assistant de Renoir, dirige de main de maître une équipe de comédiens excellents. On peut décerner une mention à Fernand Ledoux qui incarne le rôle titre et surtout à Robert Le Vigan, Goupi-Tonkin, ancien de la coloniale, rongé par le paludisme et la haine. Un très grand film.