DownloadedFile_8Sherlock Holmes est de retour au 221 Baker Steet pour notre plus grand plaisir. Les calèches ont été remplacées par des autos, les filatures par le smartphone et le GPS puisque SherlocK vit à Londres au XXI ° siècle. Les adaptateurs Steven Moffat et Mark Gatiss ont  réussi avec brio le pari difficile de  transposer l'univers Victorien de Conan Doyle dans le monde contemporain. Ils ont pour cela respecté l'esprit des romans et la personnalité des héros de l'écrivain. Sherlock Holmes est toujours aussi intelligent, brillant dans ses déductions stupéfiantes, il reste toujours aussi prétentieux arrogant et difficile à vivre. Watson, qu'il rencontre lors de cet épisode, est un médecin militaire blessé en Afghanistan (comme le premier Watson en 1880). Subjugué par sa rencontre avec le dandy Holmes il accepte de le suivre dans une mystérieuse enquête de suicides en série. Il se révèle très précieux grâce,  en particulier, à sa formation médicale et aussi à ses qualités de tireur d'élite. Lestrade, l'inspecteur de Scotland Yard, doit faire appel aux services de Sherlock Holmes qui est  plus grand des Mentalistes et le meilleur Hercule Poirot ayant jamais existé. Le téléfilm est servi par une excellente distribution. Benedict Cumberbatch incarne avec talent un Holmes élégant, hautain, "sociopathe" suivant sa propre définition. Martin Freeman donne toute son épaisseur à Watson, qui n'est pas  un simple faire valoir mais devient un véritable compagnon du détective. L'écriture du téléfilm est soignée, les dialogues sont savoureux pleins d'humour, la réalisation et le montage efficaces et le traitement de la lumière digne des meilleurs films. Si vous n'avez pas vu le premier épisode, vous pouvez vous rattraper samedi 8 pour le second sur France 4. Un grand divertissement.