imagesLe deuxième téléfilm de la série Sherlock a tenu toutes ses promesses. L'histoire semble sortir tout droit de l'imagination fertile de Conan Doyle. Qui pourrait résoudre en quelques jours le mystère de meurtres dans des chambres closes situées aux étages, de signes étranges tagués sur les murs de Londres? Qui pourrait mettre à jour dans la capitale la présence d'une organisation de trafiquants d'objets d'art, une secte chinoise ?  Sherlock Holmes bien sûr! toujours aussi perspicace.  Watson apporte au génie de la déduction une aide particulièrement efficace, alors que les policiers de Scotland Yard sont dépassés par la complexité de l'enquête. Le téléfilm garde toutes les qualités perçues dans le premier épisode: des dialogues soignés et pleins d'humour, la réalisation de Euros Lyn efficace, une grande qualité de l'image (Londres devient un élément clef de l'histoire),une distribution éclatante. Aux côtés de Benedict Cumberland (Holmes) et de Martin Freeman ( Watson) excellents, on apprécie la qualité d'interprétation des  seconds rôles . Dernier épisode samedi sur F4.