Tout dort. Je ne dors pas, moi, le cœur de la Terre. 

Pour regarder au ciel, j'écarte mon rideau, 

La lune est rouge ainsi qu'un grand coquelicot, 

Au loin les toits sont blancs comme aux plis d'un suaire.

 

La lune est rouge ainsi qu'un grand coquelicot...
Je songe aux gueux vêtus d'un habit très-sommaire
Et qui, sous ces toits blancs que recouvre un suaire
N'ont pas ainsi que nous bon feu tiède et lit chaud.

 

Ô pauvres gueux vêtus d'un habit très-sommaire,
Qui n'avez nulle part bon feu tiède et lit chaud,
Ne criez pas vers Dieu votre éternel sanglot,
Nous sommes sur un bloc qui roule, solitaire.

 

Ravalez comme moi votre éternel sanglot...
Ah ! le mien est plus grand ; pourtant j'ai dû le taire ;
La terre vole aux cieux comme un bloc solitaire...
- A quoi Dieu rêve-t-il, en ce moment, là-haut?

Les compagnons Troubadours du dimanche de Bookworm  :