UnknownAprès une série de trois épisodes produits et diffusés par la BBC  il y a un an . Kurt Wallender interprété par Kenneth Brannagh revient sur nos écrans. Ce téléfilm est une adaptation du premier opus de la série des enquêtes de Wallender ,commissaire à Ystad en Scanie. Mankell a dit avoir écrit son livre au retour d'un exil volontaire de 18 mois, il dresse un constat amer: la société  suédoise construite sur le principe de tolérance  n'existe plus.

L'enquête de la police d'Ystad commence après la découverte du corps d'un couple de vieux paysans sauvagement torturés. la dernière parole de la vieille femme est : étranger. Ce sauvage double meurtre déclenche une vague de xénophobie, de racisme. La chasse aux immigré s commence.

Unknown_1Dans Meurtriers sans visages, Kenneth Brannagh est omniprésent, laissant peu de place aux autres personnages. Le choix  de l'adaptation est de filmer les tourments, les souffrances intérieures du personnage de Wallender. Il doit résoudre le plus vite possible les meurtriers du vieux couple pour arrêter les incidents racistes. Mais en même temps il doit tenter de gérer sa vie personnelle, ses relations difficiles avec son père atteint de la maladie d'alzheimer et sa fille Linda. Quand Linda lui présente son compagnon, Wallender se raidit, l'homme est d'origine syrienne. Il réussit tant bien que mal à contrôler sa réaction xénophobe. Brannagh incarne magistralement ce personnage solitaire qui souffre de ne pouvoir communiquer. 

La réalisation est soignée, elle laisse une place aux paysages de la Scanie, aux vastes étendues de champs de céréales qui ondulent sous le vent. Un vieux cheval solitaire s'ébroue sur le chemin. Un autre Wallender.