Unknown_6J'appartiens à cette génération qui étudiait en classe  La légende des siècles d'Hugo  et apprenait par coeur le poème  Conscience pour le cours hebdomadaire de récitation. Caïn pendant 67 vers  du poème est  poursuivi par le remords, l'oeil divin, il veut lui échapper et va s'enfermer au fond du tombeau mais l'oeil était dans la tombe et regardait  Caïn (dernier vers du poème).  Si le titre se réfère à Hugo, je n'ai pas retrouvé le thème du remords dans la lecture de l'ouvrage de Christian De Metter. 

Le héros de l'histoire Patrick  Vaille, jeune chef d'entreprise, devient meurtrier parce que son enfance  a été perturbée par un père dominateur, à la fois haï et admiré. Les séances chez le psychiâtre  n'ont pu effacer les séquelles du traumatisme lié à son passé.

Unknown_4De Metter reprend un thème mille fois abordé et bien souvent d'une manière plus subtile.  On pense naturellement à la lecture du roman de Patricia Highsmith, L'inconnu du Nord-Express, qu' Hitchcock a adapté remarquablement à l'écran. Une scène de l'album est une référence directe,  au livre et au film: l'échange de deux meurtres. 

Si le scénario est dans l'ensemble assez décevant  en revanche l'illustration est remarquable.  La peinture directe sans trait renforce l'expressivité des personnages. L'ambiance est  souvent oppressante. Un album à deux facettes.