La_riviere_noire_d_Arnaldur_Indridason_referenceQuelle déception! quelle marée noire! 

Moi qui suis un admirateur de la première heure d'Indridasson, je suis abasourdi devant la faiblesse de son dernier roman. J'attendais un nouveau trésor, une pépite et je suis tombé sur un roman d'une profonde banalité. Imaginez Stendhal écrivant après le Rouge et le Noir un bouquin pour la collection Harlequin. L'intrigue n'est pas plus épaisse qu'une feuille de papier à cigarette, et je sais depuis longtemps que le tabac tue!  Indridasson a décidé de mettre Erlandur, son héros, en vacances : c'est son droit. Mais au bout de dix pages, nous n'arrivons pas à nous intéresser à la vie de sa remplaçante, son adjointe Erlinborg. Certes, elle a un gentil et inexistant mari, deux ados en crise (comme tous les ados, cela soulage tous les parents de savoir que l'adolescence est une période difficile), une petite fille très intelligente( mais très très intelligente). Erlinborg est une cuisinière hors pair, dans le livre vous aurez le droit à une série de recettes originales (qui vous feront d'autant plus apprécier la cuisine française). Son flair au sens réel (et pas au sens figuré) lui permet de résoudre l'enquête qui lui est confiée mais de toute façon le coupable avait décidé de se rendre! Vous pouvez répéter en boucle pendant plus de deux cents pages : le viol est condamnable et traumatisant, le viol est condamnable et….. On a parfois l'impression de lire un premier jet, un brouillon de roman qu'il faudrait élaguer d'une centaine de pages, dont il faudrait retravailler le style pour le moins maladroit. 

J'attends avec inquiétude la parution du prochain ouvrage. J'espère qu' Erlinborg aura  pris des vacances  et qu' Erlindur sera de retour. Si non….