bouc_20noir_20blanc_631916718eAprès 12000 virages je suis arrivé sain et sauf dans ma grange, mon refuge cévenol. J'allais bénéficier d'un repos bien gagné : deux contrats* effectués en moins d'un mois, les nerfs en prennent un coup. Mon toubib me dit régulièrement de ne pas me surmener mais… je m'égare. Le cousin, vieux paysan, se pointa dès que j'eus poussé la porte. Après les salutations d'usage et les yé bé, les mas compres, les hum! bien sentis, les remarques sur les feignants de la ville, j'ai eu le droit à cette phrase dite dans un français parfait :

"Sans te commander, tu viens demain à 6 heures, tu m'amènes chez les Puech… et défais les sièges arrière de ta voiture". Il s'est éclipsé.

5H59. Le lendemain.

Il est là devant la porte de son étable. 

"Viens m'aider, il rechigne, il aime pas la route et il le sent ".

Moi aussi je le sentais, j'ai tout de suite pigé, il faudrait le tirer, le pousser, j'allais suer sang et eau, le bouc ! le bouc des Puech. Le cousin me donnait des ordres : "plus à gauche, plus à droite, pousse, soulève, tire, attache les cornes…" avec les encouragements qui vont avec : "tu ferais bien de faire du sport… qu'est-ce que t'as appris à l'école… pour le pastis t'es peut-être bon". Lui roulait sa cigarette sur le bord du talus. 

On a ouvert les fenêtres en grand. L'air vif des montagnes, un petit vent du nord sur les congères ça vous glace le sang mais ça permet de lutter contre le parfum de l'ami à l'arrière. C'est vrai que l'animal ne supportait pas la route. Il accompagnait les changements de vitesse et les coups de frein de ses cris désespérés. Quand il se taisait je me félicitais d'avoir protégé l'arrière de la voiture. Trente kilomètres c'est peu mais par les chemins muletiers c'est l'éternité.

Le Puech nous attendait. Quand j'ai descendu la bête, récupéré un coup de sabot et un coup de corne supplémentaire, le paysan s'est tourné vers le cousin et en patois lui a dit: "Il me l'a bien secoué, mon bouc" et mon parent a répondu sur le même ton résigné  : "Tu sais, les Marseillais…"

 

*Contrat:  Pour ceux qui ne seraient pas informés, l'entreprise Wens se débarrasse des êtres qui vous empoisonnent l'existence pour un tarif très étudié. Satisfaction assurée. 100 % de réussite.