maigret_voit_rouge_0Maigret voit rouge est une adaptation d'un roman paru en 1952, sous le titre Maigret, Lognon et les gangsters. Près de la gare du Nord, un inconnu est blessé par des tueurs qui s'enfuient dans une grosse cylindrée américaine, sous les yeux de l'inspecteur Lognon. Ce dernier prévient ses collègues, mais avant qu'ils interviennent. Le corps de la victime a disparu. Maigret et ses hommes se retrouvent sur la piste de tueurs américains, mais s'interrogent sur l'identité de ceux qui ont fait disparaître le corps.

Gilles Grangier signe un film  écrit pour Jean Gabin qui impose sa présence et  fait ce qu'il sait très bien faire: asséner quelques répliques bien senties, piquer quelques colères homériques réelles ou simulées, serrer quelques paluches avec bonhomie. Autour de lui la production a réuni une pléiade de seconds rôles de qualité: Françoise Fabian, Paulette Dubost, Marcel Bozuffi, Paul Frankeur, Michel Constantin…Avec une mention spéciale pour un acteur peu connu, Roland Armontel qui dans le rôle d'un médecin original et marginal arrive  à voler la vedette à Gabin dans quelques scènes.

La mise en scène de Grangier est appliquée, sans une once d'originalité. Il se contente de filmer la star, Gabin,  dans des décors de studio éclairés sans nuance . L'univers et la poésie de Simenon sont quelque peu oubliés, mais le film loin d'être un chef d'oeuvre continue à se laisser voir.