13GUTT_3459196_1_apx_470_Tous les jeudis une fois par semaine se réunit dans Paris, une étrange confrérie. Des hommes dans l'anonymat viennent raconter leurs histoires amoureuses, leurs déceptions et leurs échecs sentimentaux et sexuels. La règle pour les participants est d'écouter, sans interrompre celui qui parle. Benacquista s'intéresse surtout à l'histoire de trois hommes aux parcours très différents. Yves est artisan, poseur de fenêtres. Trompé une fois par sa femme il décide alors de ne plus se lier d'affection et d'avoir recours aux services de prostituées. Denis est chef de rang dans une grande brasserie, il déprime. Lui qui attirait le regard des clientes, et obtenait de galants rendez-vous est devenu subitement invisible aux yeux des femmes. Philippe est sociologue qui s'est fait un petit nom dans les cercles intellectuels. Délaissée par sa petite amie, il tombe amoureux d'un top modèle.

Homo erectus a été souvent salué très favorablement par la critique, qui a vu dans le roman une profonde réflexion sur la solitude vue du côté masculin. Mais personnellement, je dois avouer que j'ai eu beaucoup de mal à finir l'ouvrage. Après un début prometteur, je me suis peu à peu laissé gagner par l'ennui. Je ne m'attachais pas du tout aux personnages dont la vie est ramenée, réduite à leurs démêlés sexuels. Ils me laissaient totalement indifférents, et je me moquaient totalement de ce qui pouvaient leur arriver. Et les femmes qu'ils croisaient n'avaient pas beaucoup plus d'intérêt à mes yeux. Je suis passé totalement à côté du roman.

 

Merci à Dialogues croisés.

capture_d_ecran_2010_05_27_a_10_14_26