mr_smith_au_senat_1Jefferson Smith est un populaire animateur d'un club de boys scouts, qui va se trouver propulsé au Congrès après la mort brutale en court de mandat d'un sénateur. Il a été choisi par le gouverneur Taylor pour son idéalisme, mais surtout pour sa naïveté politique. Taylor pense pouvoir manipuler aisément le nouveau sénateur, lui faire voter les crédits pour un barrage sans utilité mais qui peut faire gagner beaucoup d'argent à ses constructeurs. Mais Jefferson Smith découvre vite les manoeuvres  et les opérations frauduleuses de Taylor.  Il doit alors se battre contre la puissance du groupe de presse possédé par le gouverneur. Mais chez Capra les malins crapuleux sont toujours vaincus car  la justice et la démocratie triomphent obligatoirement.

Le film est servi par une extraordinaire distribution. James Stewart est l'inoubliable Smith, le représentant de l'Amérique profonde, de l'américain moyen. Son prénom et son nom résonnent comme un symbole: Jefferson comme un des pères de la démocratie américaine, Smith dont l'équivalent français serait Dupont ou Durand. On ne peut oublier le regard ébahi de Stewart-Smith  lors de sa visite effectuée dans  tous les lieux de la démocratie à son arrivée à Washington. C'est le regard de Capra sur le pays qui l'a accueilli, lui, le jeune émigré sicilien. Autour de Stewart , Capra a réuni une brillante brochette d'acteurs: Jeanne Arthur en assistante parlementaire, Thomas Mitchell dans un rôle qui lui va à merveille: le journaliste-poète amoureux de la bouteille, Claude Rains en sénateur qui a oublié ses convictions de jeunesse. Un très grand classique.