CouvMurKabyleMarinAntonin Varenne nous raconte deux histoires en apparence bien distinctes l'une de l'autre, dans le temps et dans l'espace. En 2009, Georges Crozat, dit le Mur, est flic et boxeur qui encaisse les coups comme un mur. Mais à la quarantaine bien sonnée il est temps pour lui de raccrocher les gants. En échange de quelques centaines d'euros et pour se payer les charmes de prostituées, il accepte de tabasser des inconnus. Il reçoit la consigne de rosser Rachid, un vieux Kabyle. En 1957, Pascal Verini est appelé pour faire son service militaire en Algérie. Il est envoyé pour raison disciplinaire dans un coin perdu de l'est algérien, dans une ferme où sont torturés à mort des membres du F.L.N, des nationalistes algériens. Un jour, il protège Rachid, un militant Kabyle. Rachid est donc le lien qui unit les deux histoires.

Antonin Varenne écrit un roman très noir sur une partie de notre histoire peu glorieuse et volontairement oubliée . Depuis l'indépendance de l'Algérie, les élus de la nation ont voté toute une série de lois pour amnistier des militaires tortionnaires, qui en d'autre temps auraient été jugés comme criminels de guerre. Bon nombre d'entre d'eux sont devenus ensuite des cadres de partis politiques, en particulier de l'extrême droite. Antonin Varenne se penche surtout sur le sort des témoins réduits au silence, à jamais traumatisés par des crimes couverts par les autorités françaises au nom de la réconciliation nationale. Le livre est un vibrant hommage au père de l'auteur, qui sous le nom de Pascal Verini est un des personnages clés du roman, une des victimes de l' "Histoire". Antonin Varenne est un écrivain talentueux qui sait construire une intrigue, donner vie aux personnages, créer des atmosphères. Un excellent livre.

 

Editions Viviane Hamy.

Merci à Dialogues croisés.

capture_d_ecran_2010_05_27_a_10_14_26