La-Nuit-du-chasseurQuel bonheur de pouvoir admirer sur grand écran un des chefs d'oeuvre du septième art, l'unique réalisation de l'acteur Charles Laughton. Lors de sa sortie sur les écrans le film surprit et dérouta la critique et le public, ce fut un échec commercial. 

Dans les années trente aux Etats-Unis un faux révérend qui se croit réellement inspiré par Dieu, Harry Powell, cherche à s'accaparer l'argent volé par un homme condamné à mort et exécuté pour meurtre, Ben Harper. Pour s'emparer de l'argent caché, il décide d'épouser la veuve et de faire parler les deux enfants de celle ci : Pearl et John.

Le film est déroutant, parce qu'un inclassable. Il n'appartient à aucune catégorie clairement définie. Il pourrait être classé dans les films noirs. L'histoire se déroule dans le contexte de la dépression économiques des années 30. Le voleur et assassin Ben Harper a accompli ses méfaits pour sortir de la misère ses enfants.  La crise est en effet bien  présente dans l'histoire qui fait régulièrement  référence à la misère sociale qui sévit aux Etats- Unis : la faim, le chômage, l'abandon des enfants… Le film est aussi le portrait d'un meurtrier psychopathe. Harry Powell est impuissant, attiré par les femmes qu'il ne peut pénétrer qu'avec la lame de son couteau. Il trouve la justification de ses meurtres dans les textes bibliques : la femme est depuis Eve, la tentatrice, le péché incarné. L'épouse de Ben Harper est elle-même persuadée de sa médiocre condition. Elle est Eve, la femme pècheresse prête à crier ses torts. Mais  Charles Laughton qui consacrait une partie de son existence à lire et à étudier la Bible, nous dit qu'il faut interpréter avec prudence la parole divine, ne pas s'en tenir à la surface des mots. Le révérend Powell interprète d'une manière erronée les écrits sacrés mais sa lecture superficielle séduit les hommes simples. C'est un faux prophète qui détourne les croyants du droit chemin. Heureusement face à cette figure qui incarne un ancien testament primaire qui ramène l'homme à un combat entre la haine et l'amour se dresse le personnages de la vieille femme qui incarne le nouveau testament. Elle  donne une vision optimiste plus sereine de la condition humaine : l'homme peut être sauvé par l'amour, de dieu et des autres. Il faut d'abord se débarrasser du péché originel. Le petit John sera délivré quand il pourra se libérer du poids de la faute  paternelle, quand il pourra se débarrasser de l'argent acquis par le meurtre et le vol.

 La Nuit du chasseur est aussi un conte de fée, un récit initiatique. Pour devenir adulte, l'enfant doit subir une série d'épreuves souvent traumatisantes, parcourir un chemin sinueux et dangereux. Lors de son périple, il affronte toutes sortes de dangers. Harry Powell est un ogre pour les enfants. Pour les adultes, trompés par l'apparence, c'est un être admirable et charismatique. Pearl, la petite fille, qui symbolise la pureté, en dehors du péché originel, et John, l'aîné,  cherchent désespérément des aides dans leur quête comme dans les contes. Mais souvent les adultes ne peuvent venir à leur secours par faiblesse, par absence de courage. L'enfant doit se débrouiller seul. La nature avec sa faune et sa flore est souvent le seul réconfort, le fleuve est alors purificateur. Parfois les enfants trouvent une véritable protection, un vrai foyer. Mais attention le bien ne triomphe jamais totalement. Le mal est là toujours tapi, l'homme et la femme sont des  êtres faibles, prêts à succomber à tout moment aux tentations de la chair, de la haine.

Le film est servi par de prestigieux acteurs. Shelley Winters est l'incarnation d'une nouvelle Eve qui écoute son corps, prête à succomber aux paroles d'amour, qui vit dans l'instant, qui lit la Bible d'une manière superficielle. Elle est aussi la victime de la société, de son éducation. Sa mort la purifie, la libère du monde. Lilian Gish, la véritable protectrice du monde des enfants, elle  est le porte parole de la pensée de Laughton. Elle nous présente la profondeur du christianisme,  porteuse d'espoir. Cependant, elle sait que son combat pour protéger les faibles n'est qu'une goutte d'eau dans le torrent de l'humanité.

nuit-chasseur-Que dire du stupéfiant Robert Mitchum!  Plus pasteur que tous les révérends de la planète, ogre plus inquiétant que celui du  petit Poucet, psychopathe à l'égal de M. le Maud.. Un énorme acteur.

Ajoutez au film un cadrage  et une lumière inégalée d'un des plus grands directeurs de la photo: Stanley Cortez!  Simplement génial.