tuer-le-pere-amelie-nothomb_94614_w250Affligeant. Avec Tuer le père  je me suis trouvé plongé dans l'un des plus médiocres romans de la collection Harlequin, celui donné en cadeau avec un paquet de lessive. L'intrigue et les personnages sont sortis tout droit d'une histoire du hall de gare.

Norman, le plus grand magicien du monde prend sous son aile Joe, un ado de quinze ans, né de pères inconnus et  rejeté par sa mère. Norman apprend à Joe toutes les ficelles du maniement des cartes et peu à peu il endosse le rôle du père. Cependant Joe est amoureux de la compagne de Norman, Christina. A l'âge de dix-huit ans il profite de l'état de Christina sous l'emprise du LSD pour lui faire l'amour. Norman les découvre enlacés, la lumière du satellite( nota: la lune) dénonça les corps nus des amants(…)et le LSD n'empêcha pas Norman de souffrir (…) Par amour pour Christina il feignit l'insouciance. Il simula l'extase quand, juché avec elle sur la citerne du camion vidangeur des toilettes, ils assistèrent au lever du soleil sur le désert. Norman pardonne à Joe: "C'est mon fils, pensait-il. Il l'est plus qu'avant. Ce qui s'est passé l'a prouvé." 

Pauvre Norman, car Joe n'a jamais considéré le magicien comme un père adoptif. Celui qu'il a choisi est un étranger, un belge rencontré un soir "son regard a l'air de venir de loin, comme si ses yeux étaient enfoncés".  En le voyant ce soir là, Joe l'a supplié: "S'il vous plaît! J'aurai besoin de vous. J'attends de vous connaître depuis si longtemps. Je viens à peine de vous rencontrer."

Tout le roman est à la hauteur du camion vidangeur. Des dialogues inexistants, une écriture souvent bâclée. Une prétention philosophique. Où est l'auteure que j'ai aimée, celle de "Stupeurs et tremblements" ou de la  "Métaphysique des tubes"? Quel a été le temps consacré à l'écriture de l'ouvrage entre deux prestations télévisuelles ou un défilé de chapeaux : 3 semaines? 3 jours? 3 heures? Un gâchis. Une arnaque littéraire.

Merci à:

rakuten257x52