10efIl est minuit cette journée m'a épuisé…Je n'ai cessé de penser à vous qui hantez mes jours et mes nuits depuis notre rencontre. Ma vie sans vous est un un chemin de croix, une montée au calvaire. Mon coeur saigne. J'erre désespéré au milieu de la lande, je m' égare au milieu des fougères, des bruyères, des ajoncs…et je pleure Ôh Maria! Vous êtes mon asphodèle, mon lys blanc , mon ange de pureté. Ma mie, bientôt vous serez ma femme. Tout est prêt ici pour vous accueillir. Ce jour chez mon notaire je vous ai couché sur mon testament, vous serez l'unique héritière de tous mes biens. Quelques affaires urgentes m'obligent à rester sous un ciel bas et lourd, mais  dans quinze jours  je serai de retour….

Maria arrête sa lecture et me dit: 

_Le seul problème, Wens, c'est  que, avec l'âge,  mon nombre de passes décline pour atteindre les stats d'une blogueuse débutante. . Et quand il va découvrir  que sa Maria est une putain respectueuse….adieu le manoir en Bretagne !

_10 % de l'héritage et ton  Guéric Arcoat de L'Aberarmor va rejoindre illico ses ancêtres celtiques. 

Maria me verse un verre de chouchen. L'accord est passé.

Elle ajoute:

_Tu sais Wens qu'à cinquante ans il a  gardé sa virginité pour sa nuit de noce! quand une fois  il m'a embrassé la main,  rouge de honte, il s'est excusé. Maria reprend sa lecture 

Je vous embrasse de la façon indécente qui je m'en souviens vous plaît.

 

Texte réalisé dans le cadre de l'atelier d'écriture de Skriban. Consignes: rédiger une lettre avec la première et la dernière phrase imposée.