mouloudji_05Mouloudji Marcel (1922-1994)

Né d'un père Père kabyle et d'une  mère française. Marcel Mouloudji a connu une enfance difficile.En 1935, à l'âge de 13 ans il fait une  rencontre décisive en la personne de Sylvain Itkine alors metteur en scène du groupe Octobre. Itkine l' introduit  dans le milieu théâtre et du cinéma.  En 1938, c'est déjà un acteur chevronné puisque Les disparus  de Saint Agil  marque sa septième  apparition à l'écran. Dans toute sa carrère, Mouloudji a joué dans une trentaine de films, c'est dans Nous sommes tous des assassins de Cayatte (1952) qu'il a trouvé son rôle le plus marquant.

 Marcel Mouloudji est surtout connu comme chanteur. Il est associé à la vie artistique parisienne de l'après guerre, fréquente Beauvoir et Sartre . Dans les cabarets à la mode, il interprète Prévert et Vian, mais aussi ses propres textes.  Il obtient le grand prix du disque et le prix Charles Cros pour Comme un petit coquelicot en 1953, qui le consacre aux yeux de grand public.

Mouloudji  est aussi un écrivain; auteur de quatre romans, de pièces de théâtre et d'un recueil de poésie. Dans Enrico paru en 1945 qui obtint le prix de la pléiade, il raconte sa vie passée dans la semi-clandestinité pendant l'occupation. Son violon d'Ingres était la peinture.

 

Comme un petit coquelicot

Le myosotis, et puis la rose,

 

Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !

Mais pour aimer les coqu'licots

Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !

T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :

Quand j't'aurai dit, tu comprendras !

La premièr' fois que je l'ai vue,

Elle dormait, à moitié nue

Dans la lumière de l'été

Au beau milieu d'un champ de blé.

Et sous le corsag' blanc,

Là où battait son coeur,

Le soleil, gentiment,

Faisait vivre une fleur :

Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !

Comme un p'tit coqu'licot.

 

C'est très curieux comm' tes yeux brillent

En te rapp'lant la jolie fille !

Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop

Pour expliquer... les coqu'licots !

T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà

Quand je l'ai prise dans mes bras,

Elle m'a donné son beau sourire,

Et puis après, sans rien nous dire,

Dans la lumière de l'été

On s'est aimé ! ... on s'est aimé !

Et j'ai tant appuyé

Mes lèvres sur son coeur,

Qu'à la plac' du baiser

Y avait comm' une fleur :

Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !

Comme un p'tit coqu'licot.

 

Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure

Ta p'tit' histoire, et je te jure

Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot

Ni cett' passion... des coqu'licots !

Attends la fin ! tu comprendras :

Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !

Et le lend'main, quand j'lai revue,

Elle dormait, à moitié nue,

Dans la lumière de l'été

Au beau milieu du champ de blé.

Mais, sur le corsag' blanc,

Juste à la plac' du coeur,

Y avait trois goutt's de sang

Qui faisaient comm' un' fleur :

Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !

(Paroles de Raymond ASSO)


mouloudji - comme un petit coquelicot

 

La poèsie du dimanche:

 

Alex : Mot-à-mots Alinea66 : Des Livres... Des Histoires...Anne : Des mots et des notes, Azilis : Azi lis, Cagire :Orion fleur de carotte, Chrys : Le journal de Chrys, Ckankonvaou : Ckankonvaou, Claudialucia : Ma librairie,Daniel : Fattorius, Edelwe : Lectures et farfafouilles, Emmyne : A lire au pays des merveilles, Ferocias : Les peuples du soleil, George : Les livres de George, Hambre : Hambreellie, Herisson08 : Délivrer des livres?, Hilde : Le Livroblog d'Hilde , Katell : Chatperlipopette, L'Ogresse de Paris : L'Ogresse de Paris, L'or des chambres : L'Or des Chambres, La plume et la page : La plume et la page, Lystig : L'Oiseau-Lyre (ou l'Oiseau-Lire), Mango :Liratouva, MyrtilleD : Les trucs de Myrtille, Naolou : Les lectures de Naolou, Océane : Oh ! Océane !, Pascale :Mot à mot, Sophie : Les livres de Sophie, Wens : En effeuillant le chrysanthème, Yueyin : Chroniques de lecture