Présentation de l'éditeur:

images-1Il était une fois une guitare rectangulaire de couleur bleu caraïbe—un modèle unique— sur laquelle était inscrit : « Bo Diddley, Blue Hawai n°1. »

Arsène, grand black fauché, la subtilise dans une voiture anonyme, puis la donne à Désiré, qui l’échange contre des faux-papiers à Farid, qui se la fait voler par Bob, qui…Et nous voilà donc, de propriétaires très temporaires en mains plus ou moins bien intentionnées, conviés à suivre le très riche, très pittoresque et très mouvementé parcours de cet instrument d’exception, et à découvrir au passage quelques tranches de vie particulièrement frappantes, pour ne pas dire saignantes… C’est aussi, et surtout, l’occasion d’une balade truculente et parfois presque burlesque dans les coulisses et les arrières cours du Pigalle bigarré et multi-ethnique d’aujourd’hui, avec ses filles, ses maquereaux, ses dealers, ses flics ripoux et ses musiciens dans la débine.

 

Mon avis

la_guitare_bo_didley_21
Après Rouge est ma couleur, La guitare de Bo Diddley marque une nouvelle collaboration entre l'écrivain-scénariste Marc Villard et le dessinateur  Chauzy.

Le scénario est une adaptation par Marc Villard d'un de ses romans, publié chez Rivages noirs. Il est construit sur le principe du jeu de l'oie, jeu de hasard qui comporte de multiples pièges. Le pion, une petite oie, passe d'une case à l'autre en suivant un  pour atteindre la dernière case. Le pion dans l'histoire est remplacée par une guitare rectangulaire , la Blue Hawai n°1 du chanteur, guitariste et compositeur Bo Diddley qui passe de main en main, en parcourant les quartiers populaires de Paris. Villard a dédié son roman à Anthony Mann, le cinéaste spécialiste de films noirs et de westerns. Dans Winchester 73, un classique du western, Mann avait adopté le même type de construction scénarique. La Winchester 73 qui donne le titre au film est dérobée à son propriétaire (James Stewart), elle est l'objet de toutes les convoitises. Son  changement  de main s'accompagne de violences et de meurtres.

Comme la Winchester 73, la guitare volée , porte poisse, va laisser derrière elle un paquet de cadavres dans le Paris nocturne des cités, des boites de nuit,des sex-shop..le Paris des  SDF, des putes, des dealers,des flics ripoux...

Le plus souvent,le  dénouement du scénario type jeu de l'oie consiste à revenir à la case départ. Villard respecte en partie cette idée, mais il réalise habilement un dénouement en deux temps.

La mise en page, les dessins expressifs, le coup de crayon incisif, les couleurs acidulées  de Chauzy servent très bien ce road movie nocturne sanglant et rock and roll.

Un très bon album pour les amateurs de rhythm and blues, de polar, de Bd.

Bo Diddley en concert

Bo-Diddley-Mort-de-la-legende-du-rock