big-169_3_A la veille de la première guerre mondiale Chabouté nous emmène à bord du "Marie-Jeanne" une goelette qui quitte la France pour rejoindre les bancs de Terre- Neuve et pêcher la morue sous la conduite d'un capitaine violent. Pendant de longs mois les marins vivent en vase  clos, ce qui crée obligatoirement des tensions.  Le mousse et un novice,  jeune paysan "le boueux"  , sont la cible des quolibets de l'équipage et servent d'exutoire à la violence latente. Un matin le Second est retrouvé mort, un couteau planté dans le dos. Qui est l'assassin ? Quelles sont ses motivations?

Les conditions souvent usitées pour réaliser un thriller haletant sont réunies, un "serial -killer" inconnu dans un lieu que les victimes potentielles ne peuvent pas quitter. Je dois avouer que l'intrigue policière ne m'a pas particulièrement intéressé, d'une part parce que l'identité du coupable m'est tout de suite apparue, et que l'exposé de ses motivations est bien longue et bien bavarde. Le talent de Chabouté ne vient pas des mots il s'exprime  quand il laisse parler  l'image. Rares sont les créateurs de BD qui ont autant la  maîtrise du langage de l'image. 

Resize_of_005_TERRE-NEUVAS_Page_09-1Je me suis passionné par la reconstitution du quotidien des marins, exploités par des armateurs, qui risquaient leur vie pour un médiocre salaire variable en fonction de la quantité de morues pêchées. Chabouté montre la goélette ballottée par la mer et le vent, glissant au milieu du brouillard, navigant entre les icebergs. Il reconstitue avec minutie toutes les phases de la pêche, du traitement du poisson. Sur les lieux de pêche, les doris étaient mis à la mer,  deux hommes sur chaque bateau à fond plat posaient des lignes dérivantes. La morue montée à bord la tête coupée, était vidée, privée de son arête dorsale. Mais Chabouté dépasse la simple illustration documentaire, il nous raconte l'histoire d'hommes pris dans la tourmente d'un monde violent. La mort guette car les éléments peuvent se déchaîner, et les cadres posés par le vent et la mer se mettent à tanguer, le navire suspendu comme un  équilibriste sur le sommet des vagues.Les tensions entre les hommes durs au mal peuvent dégénérer à tout moment. Cette violence explose dans les noir et blanc, les dessins de  visages et de corps  marqués par les embruns, la fatigue, la saleté et la misère. Un très bel album.

64784175_p