Adieu Yann.

Tu viens de rejoindre le paradis des cinéastes où tu figures, je le sais,  en bonne place.

 

Kashima-ParadiseYann Le Masson est un des plus grands chefs- opérateurs français, un des plus grands documentaristes de tous les temps. La caméra  n'est pour lui  que le prolongement du bras, de la main , elle fait partie de son corps elle est la transmission de sa pensée. Yann écrit avec ses objectifs comme l'écrivain avec sa plume. Yann a exploré , analysé le monde, d'une manière engagée. Il faut voir et revoir "J'ai huit ans" (1962) devenu un classique de la diffusion parallèle pendant la guerre d'Algérie, "Sucre amer" su la campagne de Michel Debré à la Réunion  de 1964. Yann a magnifiquement  filmé les visages et les corps des femmes en lutte pour le droit l'avortement,  "Regarde, elle a les yeux grands ouverts" (1979). "Héligonka" (1984) est un film plus intimiste sur son frère atteint de cécité. Car derrière le militant, volontiers provocateur, se cache sous des aspects bourrus un être sensible.

"Kashima Paradise" (1973), co-réalisé avec Benie Deswarte,  est sans aucun doute son chef d'oeuvre, un film majeur de toute l'histoire du documentaire. La caméra toujours à la bonne distance nous plonge au coeur de la société japonaise, de ses contradictions, de ses tensions. Merci Yann Le Masson.

 

Le coffret de 2 DVD est accompagné d'un excellent livret rédigé par Patrick Leboutte.

Editions Montparnasse.

 


Débat avec Yann Le Masson