desert-americain_couvPrésentation de l'éditeur

Professeur à l'université de Los Angeles, marié, père de famille et convaincu, à l'heure des funestes bilans de la quarantaine, de n'être qu'un loser, Théodore Larue est en route vers son suicide quand un camion heurte de plein fouet sa voiture et projette son corps à travers le pare-brise, le laissant fort proprement décapité. Les services funéraires recousent tête et corps à la va-vite, mais voici qu'au beau milieu des funérailles Ted se redresse et s'assied dans son cercueil... Qu'il prenne pour cible les médias, le fanatisme religieux ou les consternantes pratiques des milieux universitaires, Percival Everett livre ici la satire aussi grinçante que jouissive d'une société américaine parfaitement déboussolée tout en proposant une troublante méditation sur notre condition de vivants.

 Mon avis:

Vivre avec une tête recousue, un coeur et des organes internes qui ne fonctionnent plus est un cas inexpliqué, surprenant, et inquiétant. Avoir un mari ou un père ressuscité est difficile à vivre surtout quand la presse avide de sensationnel assiège votre maison. Est il encore de ce monde par la volonté divine, ou la volonté du diable? existe-t-il une explication scientifique?

Le point de départ de l'intrigue est totalement irrationnel, farfelu. Mais Ted Larrue, personnage inexistant de son vivant devient le  centre du monde après sa mort. Dans sa nouvelle existence, Ted  se rend compte de son égoïsme passé,  de la médiocrité de ses comportements antérieurs, il se trouve transformé, devient plus posé, lucide.  A travers le regard de son personnage, Percival Everett dresse le tableau peu reluisant de la société américaine, en commençant par le monde de l'université que l'auteur connait bien. En effet, Everett est professeur à la Southern California University,  et certains de ses collègues ont dû rire jaune en lisant l'ouvrage. L'auteur s'attaque avec humour mais aussi avec virulence, aux médias charognards, au fanatisme religieux et aux sectes, aux services secrets américains ,à la recherche scientifique réalisée par des apprentis sorciers  sans conscience. 

Le livre commence dans un éclat de rire, progressivement la tonalité devient cependant plus grave même si les situations improbables et loufoques provoquent encore le sourire. Ted comprend que sa place n'est plus du côté des vivants, mais qu'il doit rejoindre le royaume des ombres. Un livre très agréable.

 Merci à Keisha.