Andrea Camilleri. Intermittence.

 9782864248439FSPrésentation de l'éditeur:

La Manuelli, l’une des plus grandes entreprises d’Italie, est à un tournant : ses dirigeants préparent la fermeture de certains établissements en même temps que l’absorption d’une autre société, l’Artenia. À cette occasion, les cruels jeux du pouvoir et de l’argent vont voir s’affronter le vieux Manuelli, père fondateur, tout imprégné de son importance historique, son fils Beppo qu’il méprise, De Blasi, directeur, vrai patron de la société et requin impitoyable, sa secrétaire Anna, amoureuse d’un gigolo, la très troublante et ambitieuse Licia, fille du fondateur de l’entreprise absorbée, un sous-secrétaire d’Etat avide et bigot, des ouvriers en grève et des hommes de main sans scrupules. Andrea Camilleri aborde ici un nouveau genre, le thriller économique, et réussit une fois de plus à nous surprendre.


 Mon avis:

L'auteur nous emmène dans les coulisses d'une grande entreprise italienne, dirigé par son fondateur, le vieux Manuelli. Tous les personnages principaux , capitaines d'industrie  et  politiciens qui leur sont attachés, présentent au public une face lisse, un côté docteur Jekill. Ce sont des notables policés sur qui repose la santé économique et l'avenir de l'Italie. Dans les coulisses ces dirigeants sont des loups qui  s'entredéchirent, pour le pouvoir et l'argent, c'est leur côté  Mr. Hyde. Ils sont sans foi, sans morale, sans scrupule. Supprimer 500 ou 1000 emplois n'a guère d'importance, la vie d'un homme se calcule en fonction des conséquences économiques qu'elle peut engendrer, seul compte le profit et la réussite personnelle. Ces hommes ont besoin d'assouvir leurs appétits sexuels, le sexe est un défoulement à leur soif de puissance. Si certaines femmes sont des victimes des comportements machistes, des perversions et des manipulations de ces hommes, d'autres participent cyniquement  à leur jeu de prédateurs.

Andrea Camilleri      Andrea Camilleri écrit un thriller économique très nerveux, au ton souvent ironique, remarquablement écrit et très bien dialogué. Le rythme est rapide sans aucun temps mort.

Un très bon roman.



Merci à Dialogues Croisés.

69345983_p69345977_p