Au procureur principal. Placide  Provost de Pantin. Procès- verbal produit  par  Paul Procrastination,  policier en poste à Puteaux : 

p_104_lg-1Sous la pluie du printemps pascal, Pilare Polenta, professeur de psycho-psychanalyse à Paris, poussa le portillon de porphyre du parc du promontoire, proche du presbytère du Prieuré. Elle promenait peinardement Prince son pervers pékinois persan et Prudence sa pimbêche "Podengo Portugais Pequeno" au pedigree pharaonique sur les pelouses pelées du parc du promontoire. La psychiatre portait ses provisions pliées dans des pratiques pochons en plastique. Elle ployait sous le poids : poivre, persil, poivron, potiron, petits pois, poireaux, pissenlits, poissons plats et perches de pisciculture, pieds de porc, poulet plumé, pintade, perdrix, picrate pétillant, parmesan, pommes, poires, pruneaux, pêches, petits-suisses, petits-beurre et pâtisseries.

Une pause : par pitié pour le pauvre peuple des Plumes . Poursuivons....

Prince, polisson, partit sans préavis polluer sous le platane et le peuplier,  les pétales des pivoines, des pensées, des pervenches, des pétunias, des pollens des pavots. Puis le persan pékinois poursuivit. Péniblement, la pédagogue Pilare Polenta à la perruque poudrée partit à sa poursuite, elle se précipita sur le perron du préau du parc et proféra publiquement un Putain plaintif, (propos prononcé par la partie), puis se permit un Pouah, pinça son pif proéminent, se plaignant de la pénible et pestilentielle puanteur. Sur le pavé, les poux, les puces, les punaises proliféraient, pullulaient à profusion sur la panse purulente du proxénète Pedro Pedrosa Portugais de Porto  propriétaire de la pizzéria "La pyramide Polygonale" à Poitiers (Poitou)***. En putréfaction, il puait : le poulpe pourri, la poubelle, le purin et le pipi de Prince (le pékinois au pedigree de pharaon persan ). Des prédateurs: pic vert, pies, pigeons, pinsons et un pétrel, piaffaient, picoraient les poignets, les pommettes, la poitrine, le plexus, la peau pommelée du postérieur protubérant, le pharynx putride, les poumons sans parcimonie. Pedro le pizzaiolo mais aussi proxénète patenté portait un polo et un pull-over pistache, un pantalon prince de Galles; dans ses poches, il possédait : un portefeuille avec des papiers périmés, pré-préhistoriques et un porte-clefs,  un porte-carte avec un pot pourri de photos, des polaroids de sa présumée potelée pupille Patricia Picard dans des poses pas possibles sur des pédalos,  des profils peu pudiques et pas présentables à un pur public de pucelles, des postures et positions probablement prohibées (précisons : pleinement pornographiques), un petit portable possédant des prénoms de péripatéticiennes positivement professionnelles et d'un politicien perverti.

machine-brouillons-1PS : Parti Pedro! Des pralines et des pruneaux dans le paletot. Je paraphe d'un pseudo: (P)ens.

PS,+: Pensez pour Pentecôte passionnés plumitifs à une pizza au parmesan pour papa Pierre et papie Paul...


Les mots de la semaine: Poussiéreux (se) – pluie – pré – persévérance – parcimonie – picorer -page – perdu(e) – pétillant(e) – procrastination* – pédalo – putréfaction – pollen – pardon – persan – pivoine – partage – poudrer.