Leonardo Padura. L'automne à Cuba. 

9782757801475FSLa Havane se prépare à recevoir l'arrivée de l'ouragan Feliz  au moment où le Lieutenant Mario Conde décide quitter la police, avant de devenir un cynique ou un insensible, ou un endurci …qui ne fait plus la différence entre voir un cadavre et boire un soda. Le chef de la police promet d'accepter sa démission à la condition que Conde réussisse à boucler une enquête en trois jours. Il doit trouver l'assassin d'un ancien cadre du service des expropriations qui s'est exilé 15 ans plus tôt et a été autorisé à revenir à Cuba pour voir son père malade.


A travers cette histoire, Padura, qui vit à Cuba, revient sur une période marquante de l'histoire de la révolution Cubaine. Le régime dirigé par Castro depuis la chute du dictateur Batista en janvier 1959, adopte progressivement une ligne marxiste, se rapproche de l'Union Soviétique, provoquant l'exil de milliers de bourgeois. Les biens des notables ( domaines, mobilier, oeuvres d'art …) ont été confisqués par l'Etat et ont permis l'enrichissement de fonctionnaires peu scrupuleux. Padura dénonce la corruption qui sévit dans toutes les administrations cubaines, en commençant par la police. Tout s'achète, se monnaie, dans un pays où les habitants  connaissent les cartes de rationnement : alimentation, vêtement….

Mario Conde attend l'ouragan avec une certaine impatience, car son passage doit être le départ d'un nouvelle vie. Il devient le symbole d'une nouvelle existence pour Conde et ses vieux amis d'enfance. Lui décide de se lancer dans l'écriture, El Rojo se tourne vers Dieu, Andrés annonce son départ de Cuba.

Leonardo Padura dresse avec talent le portrait de personnages hauts en couleur. Conde est un flic fatigué qui incarne toutes les désillusions du peuple cubain. Dans sa dernière enquête il croise un extraordinaire vieux médecin, un conteur d'histoires fantastiques qui remontent aux temps de conquistadores et de la flibuste. Le vieillard, doué de sens prémonitoire, sait aussi écouter le langage des plantes.

Avec L'automne à Cuba, j'ai fait la découverte d'un excellent auteur. Un très bon livre.