PHOTO-Marion-Cotillard-et-Matthias-Schoenaerts-s-affichent-pour-Audiard_portrait_w532Synopsis:

Ça commence dans le Nord.
Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C’est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa sœur à Antibes. Là-bas, c’est tout de suite mieux, elle les héberge dans le garage de son pavillon, elle s’occupe du petit et il fait beau.
A la suite d’une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone.
Il est pauvre ; elle est belle et pleine d’assurance. C’est une princesse. Tout les oppose. Stéphanie est dresseuse d’orques au Marineland. Il faudra que le spectacle tourne au drame pour qu’un coup de téléphone dans la nuit les réunisse à nouveau.
Quand Ali la retrouve, la princesse est tassée dans un fauteuil roulant : elle a perdu ses jambes et pas mal d’illusions.
Il va l’aider simplement, sans compassion, sans pitié. Elle va revivre.

mon avis:

"De rouille et d'os" est très librement adapté d'un recueil de nouvelles de l'écrivain canadien Craig Davidson, par Thomas Bidegain et Jacques Audiard. C'est l'histoire de la rencontre de deux personnages que la vie n'a pas épargnés. Ali est une force animale, un être simple, un produit brut de décoffrage. Il travaille, il court, il cogne, il reçoit des gnons, il baise et ne se pose pas de questions : il existe. Au contact de Stéphanie, il apprend ce que veulent dire des mots, des sentiments comme tendresse et  amour. La princesse brisée, la dresseuse d'orques, aux jambes amputées va retrouver le goût de vivre en rencontrant Ali. Car la montagne de muscles ne la regarde jamais comme une handicapée, pour Ali la vie se prend telle qu'elle est. Quand Stéphanie veut se baigner, sans hésitation Ali la porte sur ses épaules jusqu'à la mer devant des vacanciers, mi-surpris, mi-horrifiés Ali fait l'amour avec la princesse sans jambes, comme il le fait avec une autre femme, sans compassion, seulement par plaisir, par hygiène, car pour le sexe il est "Opé" (opérationnel) à la demande. Grâce au regard sans pitié d'Ali, Stéphanie s'accepte telle qu'elle est, elle peut retrouver sa place dans la société, mais elle même finit par accepter le comportement de son compagnon. De rouille et d'os est donc un magnifique film d'amour mélodramatique servi par des comédiens immenses. Marion Cotillard exprime dans son regard, son corps, la transformation de cette jeune femme désespérée qui finit par exhiber ses prothèses comme faisant partie d'elle-même sans jamais accepter la pitié. Matthias Schoenaerts est Ali, impressionnant, il envahit l'écran quand il promène ses quintaux de muscles, quand son visage se déforme sous les coups, quand il hurle son amour à coups de poing pour sauver son fils, quand il dit pour la première fois : "je t'aime", un mot profond, déchirant, qu'il ne connaissait pas jusqu'alors. Il intériorise son rôle d'une manière étonnante. Comment à Cannes n'a-t-on pas pu voir quel géant il était? 

De-rouille-et-d-os

Pour Audiard, une histoire d'amour n'est crédible et belle que si elle s'inscrit dans une réalité sociale, dans la France actuelle. Qui est Ali ? qui est sa soeur? ( Corinne Casério toujours aussi vraie ) un de ces êtres utilisés, broyés par la société qui doivent avant tout chercher à survivre. 

De rouille et d'os bénéficie d'une mise en image splendide, signée par Stéphanie Fontaine, la musique d' Alexandre soutient avec discrétion et intelligence le propos. Je suis très étonné que le jury du festival de Cannes présidé par Moretti n'ait pas accordé la moindre distinction à ce film. Merci monsieur Audiard , j'aime votre cinéma depuis votre premier long métrage. Six films, six grands moments de cinéma.