artoff5685-27b8a

"De rouille et d'os" est un film franco-belge, présenté au festival de Cannes en 2012. C'est le sixième long métrage  réalisé par Jacques Audiard. Le scénario, collaboration de Thomas Bidegain et Jacques Audiard, est adapté d'un recueil de nouvelles de l'auteur canadien Craig Davidson.

Les vainqueurs du jour sont:

Aifelle, Kathel, Dasola, Eeguab,Soie

Synopsis .( Production.)

Ça commence dans le Nord.
Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C’est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa sœur à Antibes. Là-bas, c’est tout de suite mieux, elle les héberge dans le garage de son pavillon, elle s’occupe du petit et il fait beau.
A la suite d’une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone.
Il est pauvre ; elle est belle et pleine d’assurance. C’est une princesse. Tout les oppose.
Stéphanie est dresseuse d’orques au Marineland. Il faudra que le spectacle tourne au drame pour qu’un coup de téléphone dans la nuit les réunisse à nouveau.
Quand Ali la retrouve, la princesse est tassée dans un fauteuil roulant : elle a perdu ses jambes et pas mal d’illusions.
Il va l’aider simplement, sans compassion, sans pitié. Elle va revivre.

 

Mon avis:

Jacques Audiard aime traiter de rencontres impossibles d'êtres brisés par la vie, marginalisés qui peuvent renaître dans l'amour. Il avait delà abordé ce thème, avec talent   dans  "Sur mes lèvres" où une secrétaire sourde et muette (Emmanuelle Devos)  s'éprenait d'un délinquant (Vincent Cassel).

Dans de Rouille et d'Os,   Ali et Stephanie sont  deux personnages totalement différents, socialement, intellectuellement, que tout à priori oppose. Ali est  un être simple, une force brute. Il aime la boxe, pour donner des coups et accepter d'en recevoir. Pour lui l'amour d'une femme se résume à une relation physique.  Comme dans un combat  de boxe, il fait l'amour avec une terrible énergie. Mais, alors que le regard des autres marginalise Stephanie  après son accident, jamais Ali ne la voit comme une handicapée. Et grâce à son attitude, il va lui redonner l'envie de vivre.Elle accepte des prothèses qui lui permettent peu à peu à marcher. Sa reconstruction se fait parallèlement à la chute physique d'Ali qui participe à des combats illégaux où tous les coups sont permis. L'amour naissant entre Stéphanie et Ali passe par la maltraitante des corps.

De rouille et d'os est un film totalement maîtrisé à la  mise en scène rigoureuse. Chaque plan est splendidement composé, éclairé. Des scènes restent à jamais inoubliables, comme celle qui voit le colosse Ali transporter sur le dos la fragile Stephanie amputée des deux  jambes, traverser un plage et la déposer dans la mer. Là elle reprend vie au contact de l'eau. Le montage et la bande son sont sublimes.  Dans ce film, Audiard confirme si besoin été tous ses talents de direction d'acteurs.  Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts bouleversants  crèvent l'écran. A côté d'eux les seconds rôles sont aussi excellents:  Corinne Masiero, Celine Sallette, Bouli Lanners ou le petit Armand Verdure.