shane-1

L'homme des vallées perdues est un film américain  réalisé par Georges Stevens (également producteur) en 1953, adapté d'un livre de Jack Schaefer paru en 1949 sous le titre de Shane. C'est un des westerns les plus appréciés aux Etats-Unis, Clint Eastwood s'est inspiré de l'oeuvre de Stevens pour mettre en scène un de ses meilleurs films: Pale Rider en 1985.

Les vainqueurs du jou: Eeguab, Dasola, Keisha, Somaja, Thérèse et Aifelle.

Synopsis:

Shane cavalier solitaire habile à manier le colt  fait halte dans une modeste ferme , il est accueilli par la  famille Starett: Joe , Marian et leur fils Joey. Les trois occupants tombent sous le charme du nouvel arrivant en particulier l'enfant qui est fasciné par cet étranger qui ,ne craint rien et sait jouer du revolver. Shane va aider les fermiers dans leur lutte contre les Ranchers qui n'acceptent pas de voir s'installer des fermiers dans la vallée.

 Mon avis:

Le western américain  fait toujours référence à une période marquante de l'histoire de la conquête de l'Ouest. L histoire de L'Homme des vallées perdues se situe dans les années 1890, après les guerres indiennes. Le gouvernement de l'Union favorise d'une manière assez anarchique l'installation de fermiers dans les territoires de l'Ouest, ce qui dérange les grands éleveurs qui ont besoin de vastes espaces pour faire paître leurs troupeaux de bovins. Ils ne supportent pas l'installation de barbelés dans la prairie.

Tous les personnages du film sont représentatifs de cette période. Shane (Alan Ladd) est un des derniers cavaliers solitaires, peut être un ancien chasseur de prime. Joe Barett ( Van Heflin) est un fermier têtu,courageux et honnête qui croit en une vie meilleure. Sa femme Marian (Jean Artur)est une épouse fidèle même si elle est attirée par Shane. Elle cherche à protéger son fils fasciné par les armes à feu et par la personnalité de Shane. Tous ces personnages représentent le bien.

Face à eux se dresse le grand propriétaire, éleveur  de bétail (Emile Meyer) qui n'hésite pas à utiliser la violence pour tenter de chasser les fermiers de la vallée et va même jusqu'à engager  tueur à gage (Jack Palace)  pour éliminer tous ceux qui osent se mettre à travers son chemin. Les ranchers  sont des suppôts de Satan, ils incarnent le mal.

L'Homme de la vallée perdues est à mon avis un film  trop manichéen, il n' épouse que le point de vue des fermiers victimes de brutes sans cervelle. Il souffre aussi de l'interprétation d'Alan Ladd , grande vedette des années 50, qui  ici montre toutes ses limites d'acteur, même pas toujours dans les scènes d'actions.Il est incapable de traduire la moindre émotion et de donner une épaisseur à son personnage, il se contente  d' incarne une idée, une image stéréotypée du cow-boy solitaire au service de la justice qui son oeuvre accomplie repart vers un autre horizon."I'm a poor landsone  cowboy".

L'intérêt du spectateur se concentre sur le petit Joey ( Brandon de Wilde) qui est sans aucun doute le personnage  le plus attachant du film.