The-American-Affiche-FranceLe sujet tiré d'un roman de Martin Booth (A very private gentleman) n'est pas d'une grande originalité. Jack ,un tueur à gages solitaire aux tempes grisonnantes s'éprend d'une jeune et jolie prostituée. Il  veut raccrocher après l'accomplissement de son dernier contrat, mais d'autres tueurs sont à ses trousses. Jack réussira-t-il à changer de vie?

L'intérêt du film vient du traitement du personnage central et de l'interprétation de Georges Clooney. Comme avant lui Cary Grant, Clooney joue le plus souvent des rôles de séducteur.  Il charme par son sourire, son regard pétillant, sa prestance, son sens de l'humour. La parole est essentielle dans sa séduction. Corbjin  choisit d'utiliser l'acteur  à contre emploi. Jack est un  un vrai professionnel méthodique, qui entretient sa forme physique. Ses gestes sont précis quand il monte une arme, réalise un silencieux. Anton Corbjin nous fait le portrait d'un horloger du crime.  Jack est économe de ses gestes il parle peu, il observe, c'est un chasseur toujours aux aguets. Car à tout moment le prédateur peut se changer en proie. Ses rêves d'évasion sont  tatoués sur le corps, sous la forme d'un papillon. Une espèce menacée. Partout derrière lui, Jack sème la mort, même de ceux qu'il aime. Ses nuits se transforment en cauchemars. Sa seule rédemption il espère la trouver dans les bras et l'amour de Clara une prostituée, en marge, elle aussi, de la société.

Corbjin ne fait pas un film d'action comme on en voit par dizaines, avec ses courses poursuites interminables et ses multiples scènes de violence. Corbjin se refuse à ce type de séquence,  un échange rapide de coups de feu et la mort surgit.  Il choisit un rythme lent, il s'attarde à filmer une nature splendide et déserte, la mort en contrepoint n'en est que plus horrible. Dans le prégénerique en Scandinavie trois corps sans vie se retrouvent allongés à la surface enneigée d'un blanc immaculé. En Italie, dans les montagnes sauvages des Abbruzes, dans un village perché, Jack, l'étranger, l'américain va faire couler le sang. La mort lui colle à la peau.  


THE AMERICAN : BANDE-ANNONCE VOST