film_le_canardeur_34451 Difficile de traduire le titre anglais qui correspond au nom des deux héros (Foudre et Pied-agile ?), les distributeurs français ont donc choisi à la sortie du film celui du Canardeur, qui s'inscrivait dans la lignée des films dont Eastwood était la vedette à l' époque. Il symbolisait, au cinéma, le justicier tirant plus vite que son ombre.

Si Cimino peut se lancer dans la réalisation, il le doit justement à Clint Eastwood. Un an auparavant, Cimino s'est vu confier la réécriture du scénario de Magnum Force, dont Eastwood n'était pas satisfait. L'acteur reprenait le rôle principal de l'inspecteur Harry et avait un droit de regard sur l'écriture. La collaboration entre les deux hommes, le scénariste et le comédien, s'est révélée fructueuse.

Lorsque Cimino a envoyé le script de Thunderbolt and Lightfoot à Eastwood, celui-ci a accepté de jouer et demandé à Cimino de passer pour la première fois derrière la caméra. Michael Cimino a par la suite réalisé deux chefs-d'oeuvre du cinéma : Voyage au bout de l'enfer (avec De Niro et Walken ) et Les portes du Paradis (avec Kristofferson, Walken, Hurt et Isabelle Huppert).

Le film est d'abord un film sur l'amitié entre deux voleurs en cavale. L'expérimenté et méticuleux braqueur John Thunderbolt (Clint Eastwood) se lie d'amitié avec un jeune truand, chien fou, cocasse et sympathique : Lightfoot ( Jeff Bridges). Dans ce road movie, ce western moderne, le cheval a cédé sa place à la cadillac, le colt à la mitraillette. Dès sa première réalisation, Cimino fait preuve d'une grande maîtrise technique, il sait magnifiquement filmer les grands espaces du Montana, les rapports entre les hommes. Mais la principale qualité du Canardeur tient dans la qualité de son interprétation. Eastwood se fait (presque) voler la vedette par Jeff Bridges, alors âgé de 25 ans (pour ce rôle il fut d'ailleurs nominé à l' Oscar du meilleur second rôle). Les autres personnages sont tout aussi savoureux. Longtemps, l'autre duo de malfrats (Geoffrey Lewis et George Kennedy), nous apparaît ridicule mais se révèle inquiétant. Si  l'humour parcourt tout le film, la tonalité de la dernière partie du film est beaucoup plus grave. 

Une très bonne redécouverte.