Le-Bruit-des-glacons_2_galleryphoto_portrait_stdCharles Faulque est écrivain. Il en panne d'inspiration et a glissé dans l'alcoolisme après le départ de sa femme et de son fils. Il  va être confronté à sa propre mort . Son cancer, sous une apparence humaine, un jour pointe son nez à la porte et lui annonce sa fin prochaine. Tel peut se résumer le sujet du  film de Bertrand Blier.  L'histoire peut en apparence apparaître saugrenue, surréaliste mais cette fable nous renvoie à nos propres angoisses, aux craintes suscitées par la maladie et la mort. Le film est avant tout une confrontation  entre deux comédiens de talent, qui bénéficient de dialogues brillants.  Jean Dujardin est Charles Faulque toujours accroché à sa bouteille de vin blanc et son seau à glaçons. Jean Dupontel est le Cancer,  bien décidé à pourrir les derniers moments de l'existence de l'écrivain.  Charles Faulque  bénéficie de la surveillance attentionnée de sa gouvernante.  Elle aussi atteinte d'un cancer ( Anne Alvaro excellente) et veille amoureusement sur la vie de l'écrivain. Bertrand Blier nous invite  à penser que  la tendresse et l'amour sont les seuls barrages à la maladie. Pour définir la tonalité du film laissons la parole au réalisateur:"Je traite de sujets graves de façon légère car mon film n'est pas triste". La mise en scène  est parfois paresseuse, Blier se contente de filmer ses acteurs, et  Le bruit des glaçons  manque dans l'ensemble  de rythme mais reste agréable à regarder.


LE BRUIT DES GLAÇONS : BANDE-ANNONCE