Elephant_rose_lunetteQuand Woody enterre sa vie de garçon. 

 Woody se mariait ! Le  repas d'enterrement de la vie de garçon a un triple but : boire plus que la raison, permettre aux amis mariés du marié à échapper à leur femme pour une soirée… (faire l'amour à sa femme c'est comme tirer un canard endormi) les copains venaient passer quelques heures à jouir du malheur imminent du pauvre bougre . 

L'alcool coulait à flot. Je ne bois jamais, sauf si quelqu'un paye. Je m'approchais d'une brune, à moins qu'elle ne fut blonde. Je me prenais les pieds dans le tapis, et je me posais alors la question existentielle: Mais qui a bien pu inventer la moquette?

Je lui déclarais:

"vous êtes une de plus belles femmes que j'ai jamais vues. Ce qui ne prouve rien d'ailleurs. C'est seulement par comparaison. Beaucoup mieux que Chita ou Angela… si, si j'insiste. Vous allez changer le  cours de ma vie rien ne pourra reprendre comme avant. "

Son visage était orange, mais plutôt lever de soleil que coucher, vodka orange. Elle me répondit en crachotant:

 "Moi c'est Lili... Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que prendre son slip pour une tasse à café".

Lili avait un nez superbe, qu'elle tenait de son père, chirurgien esthétique. Dans la salle une Castafiore se mit à vocaliser. Comment empêcher une grosse dame de chanter quand on a oublié sa mitraillette ? Quand j'écoute Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne. On cherche souvent à se détendre avec des choses qui nous énervent.

Je la poussais dans la chambre de Woody. Je la culbutais Elle barrissait. Je hoquetais :

-"Quand j'étais en Afrique, j'ai tué un éléphant en pyjama"

- Comment un éléphant a-t-il fait pour mettre un pyjama ?"

-"Je ne saurais jamais"

Elle ululait

-"Pourquoi l'homme tue-t-il ?"

."Il tue pour se nourrir. Et pas seulement pour ça : souvent il a soif aussi." 

L'extase finale. Je lui plantais une paire de ciseaux dans le coeur. Car comme l'a déclaré mon pote Fredo:

Un meurtre sans des ciseaux qui brillent est comme des asperges sans sauce hollandaise. Sans goût."

 Nota: J'avoue ce texte n'est qu'un vil plagiat ! Outre les quatre phrases imposées, vous pouvez compter 12 citations de Groucho Marx, Woody Allen, Pierre Dac, et de Sir Alfred.

Texte réalisé dans le cadre de l'Atelier d'écriture du Skriban.Consignes: Que vous choisissiez d’entrer dans la peau d’une Bernadette candidate à la sainteté, d’un grand consommateur de drogues diverses et variées ou d’un fou très inspiré, votre texte devra traiter d’hallucinations et comporter les quatre phrases suivantes, extraites du roman de D. Foenkinos, La Délicatesse.