38_temoins_afficheSynopsis:

Alors qu'elle rentre d'un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d'un crime. Aucun témoin, tout le monde dormait. Paraît-il…Pierre, son mari, travaillait. Il était en mer. ..Paraît-il…La police enquête, la presse aussi. Jusqu'à cette nuit où Louise rêve. Elle rêve que Pierre lui parle dans son sommeil. Qu'il lui parle longuement. Lui qui, d'habitude, parle si peu.

Mon avis:

Le film 38 témoins est l'adaptation d'un roman de Didier Decoin: Est-ce ainsi que les femmes meurent ? par Lucas Belvaux. Un crime a été commis une nuit dans le centre du Havre. Une jeune étudiante a été poignardée sauvagement en peine rue. 38 témoins potentiels déclarent qu'ils n'ont rien vu, rien entendu, ce sont  38 mensonges. Le film de Belvaux est bien sûr une réflexion sur la lâcheté individuelle et collective. Quand Pierre, l'un des 38 témoins, se décide à parler, il va le payer très cher car ses voisins ne lui pardonnent pas. Mais Pierre ne peut se taire, il n'accepte pas de continuer à vivre avec le cri de la victime qui résonne dans la tête.

Le film n'a rien d'un polar, l'enquête journalistique et policière n'aboutit pas à l'arrestation  du meurtrier, le film cherche à comprendre l'âme humaine, il s'interroge sur notre société. Les témoins, sourds et aveugles, sont de braves gens qui vivent repliés sur eux-mêmes dans des appartements construits à l'identique, ils ne connaissent pas leurs voisins qu'ils croisent ou aperçoivent à leurs fenêtres, tous se débattent dans des problèmes personnels. La mort de l'étudiante devient un élément perturbateur, pénible qu'il faut se dépêcher d'oublier. La vie de ces hommes et ces femmes est réglée, rythmée  par des horaires stricts de la quotidienne. Ils vivent dans un espace  structuré, géométrique de rues rectilignes et perpendiculaires. Le centre du Havre est le reflet des individus, froid et impersonnel. Pierre, pilote maritime,  traverse pour se rendre à son travail le port des containers. Ces caisses d'acier sont stockées, alignées, déplacées par de bruyantes machines qui semblent se mouvoir seules. Le travail s'est lui aussi  déshumanisé. L'homme disparaît dans un univers de béton et d'acier.

imagesLa mise en scène est parfaitement maîtrisée, l'image est splendide et le travail sonore  remarquable, en particulier dans la séquence de la reconstitution du crime, à vous glacer le sang. Lucas Belvaux confirme avec les 38 témoins ses qualités de directeur d'acteur. Yvan Attal (Pierre) et Sophie Quinton (Louise) interprètent avec justesse et force un couple à jamais marqué par le drame. Tous les autres acteurs sont excellents à l'image de Nicole Garcia dans le rôle d'une  journaliste opiniâtre.

Un film qui ne peut pas laisser indifférent.


38 témoins Bande-annonce