calvo-rosalie-couvPrésentation de l'éditeur

On l'appelait Rosalie. Le plus ancien du garage, le vieux balai barbu, racontait qu'au temps de sa jeunesse, il avait connu Rosalie déjà vieille, si bien qu'on pouvait penser que sa naissance remontait aux temps héroïques du début de l'automobile. Pourtant Rosalie n'aspirait pas au repos et ne rêvait qu'aventures et grands voyages. Le soir, pour se consoler, elle racontait ses souvenirs. Le soir, car dans la journée il régnait au garage une belle ardeur au travail.

Calvo (1892-1958)  a commencé sa carrière au lendemain de la première guerre mondiale en  travaillant dans la presse, il a en effet collaboré dès 1919 au " Canard Enchaîné" comme caricaturiste. Son influence dans le domaine de la Bd est considérable, Walt Disney s'est souvent inspiré de l'univers de Calvo pour ses propres réalisations. Uderzo considérait  Calvo comme un de ses maîtres. L'oeuvre majeure du dessinateur, réalisée en collaboration avec Victor Dancette, "La bête est morte" retrace l'histoire de la seconde guerre mondiale. Les belligérants sont représentés sous forme d'animaux. 

Calvo_Rosalie_p6

Après la guerre et au début des années cinquante Calvo publie plusieurs séries qui connaissent un grand succès, parmi elles: "Moustache et Trotinette". En 1946, sort "Les aventures de Rosalie", une voiture "née petite et qui n'avait pas grandi". Tous les objets de la voiture, à la clef à molette ou à la burette d'huile, prennent un visage et des caractères humains. Dans cet album illustré, l'histoire et  le textes ont beaucoup moins d'intérêt que la magnifique illustration. Chaque dessin est un petit chef d'oeuvre d'inventivité, de minutie, de précision. Il faut savoir s'arrêter sur le foisonnement de détails, se perdre dans les lignes, dans les courbes, se laisser guider par l'humour et la poésie. Les couleurs éclatent en un véritable feu d'artifices. Un enchantement. Un ouvrage de référence.

Mon billet sur "La bête est morte". Cliquez ici